Principes de Spiritualité

nathan-dumlao-6dmx8YnkPGo-unsplash_edited.jpg

Ces principes permettent de comprendre les assises sur lesquelles est basé le travail d'hypnose spirituelle. Il découlent des milliers d'expériences de clients ayant effectué une séance d'hypnose spirituelle et se retrouvent également dans les innombrables récits de personnes ayant vécu une expérience de mort imminente ou provisoire.

  • Nous sommes des êtres intemporels dont l’essence ne peut cesser d’exister.
     

  • La mort n’existe pas en tant que telle. Elle n’est que le passage d’une réalité vibratoire dense à une réalité vibratoire plus élevée et par conséquent dans une dimension différente. Le véhicule utilisé, le corps, meurt mais son âme ou son essence profonde demeure, quant à elle, intacte.
     

  • La qualité fondamentale de notre essence est celle d’une énergie créatrice qui nous pousse constamment vers l’apprentissage, l’évolution et donc l’expansion.
     

  • Nous nous incarnons dans un corps physique et une réalité dense limités par le temps et l’espace dans le but d’être confrontés à la dualité, à la séparativité et, ainsi, de vivre certaines expériences qu’il ne nous serait pas possible d’approcher dans les mondes subtils.
     

  • Nous expérimentons une multitude d’incarnations successives ainsi que des existences parallèles dans d’autres dimensions que celle dont nous avons conscience. Du point de vue de l’esprit, le temps linéaire tel que nous le vivons n’existe pas et tout se déroule simultanément dans un même moment présent.
     

  • Au moment de chaque incarnation, nous ne sommes pas conscients de nos autres vies, ni de notre connexion avec l’au-delà. Cet oubli nous permet d’effectuer certaines expériences qui seraient faussées si nous pouvions nous rappeler de tout. Le fait d’oublier partiellement nous permet aussi de vivre plus pleinement, comme s’il s’agissait de la première fois, sans l’influence des savoirs passés.
     

  • Avant de s’incarner, chaque être établit un contrat d’âme avec lui-même. Ce « contrat » s’établit souvent en collaboration avec des Guides ou des Êtres de lumière qui connaissent tout à propos de l’âme concernée. Un contrat d’âme est généralement composé de thèmes à explorer pour effectuer des apprentissages, développer des qualités ou des vertus, dépasser des tendances fâcheuses ou encore pour atteindre certains objectifs personnels ou collectifs.
     

  • Ainsi, certains événements, certaines rencontres, certains défis sont en quelque sorte « préprogrammés » avant notre incarnation pour nous offrir des opportunités de croissance ou de service. 

    • Important : Même si certaines situations sont préprogrammées, la façon dont nous allons vivre ces expériences ne l’est pas. C’est là où interviennent notre libre arbitre, notre latitude de choix. À titre d’exemple, notre Moi Supérieur peut avoir planifié, avant notre incarnation, de vivre l’expérience d’une maladie, mais la façon dont notre Moi Physique vivra cette maladie, le sens que nous lui donnerons et les apprentissages que nous en retirerons, ne sont pas préprogrammés. Nous sommes libres en ce sens que la signification que nous attribuons aux événements, leur approche positive, négative ou neutre définira l’effet qu’elle aura sur nous, ainsi que les émotions et les comportements qui en découleront. En résumé, le Moi Supérieur planifie une expérience avant l’incarnation et le Moi Physique (qui a oublié cette planification) a la liberté d’interpréter et de vivre à sa façon l’expérience en question.
       

  • ​Lorsqu’une situation problématique se répète, que ce soit dans nos relations ou dans notre vie personnelle ou professionnelle, c’est parce que nous n’avons pas encore tiré la leçon qu’il y avait à apprendre. Lorsque certains apprentissages sont effectués, nous n’attirons plus le même type de situation dans notre vie. L'accompagnement d'un client peut comprendre le repérage des scénarios répétitifs et l'exploration de ces patterns pour en comprendre l'origine et, éventuellement, effectuer des libérations.
     

  • Selon le degré de maturité de notre conscience, nous faisons des choix quant au corps que nous aurons, aux parents qui nous mettront au monde, à la famille au sein de laquelle nous évoluerons et à certains amis que nous côtoierons. Ces choix ont pour but de favoriser l’entraide dans l’accomplissement de nos contrats d’âmes mutuels.
     

  • Nous nous incarnons souvent avec des âmes qui font partie de notre groupe d’âmes ou de notre famille d’âmes. Une âme peut avoir été celle de notre mère dans une vie et devenir celle de notre amie ou de notre patron dans la vie suivante. Nous interchangeons nos rôles dans le but de nous entraider dans nos apprentissages respectifs.
     

  • Le hasard n'existe pas. Tout a sa raison d’être même si nous nous en rendons rarement compte de manière consciente.
     

  • Aucun des défis qui se présentent à nous sur notre chemin de Vie ne dépasse notre capacité à le gérer et à en extraire un apprentissage. Tout ce dont nous avons besoin pour réussir notre vie se trouve à l’intérieur de nous.
     

  • La maladie, dans une perspective spirituelle, n’est pas « notre ennemie ». Cela peut être un signal que quelque chose en nous n’est pas en équilibre, qu’il y a des ajustements à faire soit au niveau psychologique (libération de croyances limitantes, gestion de certaines émotions) ou physiologique (besoin d’une meilleure alimentation, d’un meilleur environnement, etc…). La maladie peut aussi avoir été préprogrammée avant l’incarnation pour stimuler certains apprentissages. Dans tous les cas, celle-ci peut être vue comme une opportunité de grandir, d’évoluer, de découvrir davantage qui nous sommes.
     

  • Puisqu’il existe un moment avant l’incarnation où nous établissons notre contrat d’âme, il existe également un moment APRÈS l’incarnation, face à ce que certains appellent un Conseil des Sages, au cours duquel on examine la vie que l’on a vécue. Nous revoyons alors les moments importants de cette vie et les choix que nous avons faits. Nous déterminons si nous avons effectué les apprentissages ou développé les qualités que nous avions identifiés dans notre contrat d’âme. 

    Lors de cette revue de vie, il n’y a aucun jugement de la part des Êtres de lumière qui nous accompagnent. Nous sommes notre propre évaluateur.
     

    • Au cours de la revue de vie, il est possible que nous revivions les événements de notre vie non seulement de notre point de vue, mais aussi de la perspective de ceux que nous côtoyions. Nous expérimentons ce qu’ils ont vécu dans le cadre de leurs interactions avec nous. Ce processus, parfois difficile, ne se fait pas dans une optique de punition mais appelle plutôt l’être à grandir davantage, à comprendre les conséquences de ses actes
       

  • Lorsque nous ne sommes pas incarnés, nous nous trouvons dans un espace vibratoire que l’on peut appeler l’entre-vies. 
    Dans un tel espace de conscience, il existe « de nombreuses demeures », une infinité de dimensions, de plans vibratoires contenant des réalités différentes. Selon le taux vibratoire de l’âme qui « retourne à la Maison », celle-ci se retrouvera dans un espace, une forme de réalité en résonnance avec sa propre évolution.

    • Il est possible que deux amis ou deux connaissances sur Terre, ayant des taux vibratoires différents, aillent à des endroits vibratoires différents une fois rendus sur l’autre versant de la vie. Toutefois, il existe des genres de SAS : des lieux vibratoires transitoires qui permettent à ces âmes de se rencontrer.

 

  • Dans l’Entre-vies, entre les incarnations, une multitude de possibilités s’offrent à l’âme, selon son degré d’avancement. Dans l’Au-delà, il existe, par exemple, des lieux d’apprentissage, de création, de repos, d’échange, de rencontre, etc.
     

  • Si nous nous trouvons sur Terre, c’est parce que nous avons quelque chose à vivre, à être, à faire, à apprendre ou à expérimenter. Si tel n’était pas le cas, nous ne serions plus ici… Vivons donc pleinement en conséquence.
     

  • Les événements qui surviennent dans notre vie n’ont pas, en eux-mêmes, de sens. Le sens que nous leur donnons définira l’effet que nous en retirerons. C’est là que réside notre libre arbitre.

(Source: Institut International d'Hypnose Spirituelle, validé par Daniel Meurois)